Version imprimable de cette page Version imprimable

Les schizophrénies

Aujourd’hui on parle des schizophrénies plutôt que de la schizophrénie car, selon le caractère et l’environnement des personnes, les symptômes de la maladie seront très différents.

Ces maladies touchent 1 % de la population dans le monde. Ses symptômes aigus se manifestent le plus souvent à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte.
Elles font partie des maladies psychiques sévères et durables.
La schizophrénie est un fonctionnement anormal de certains circuits neuronaux du cerveau. Ce n’est pas une maladie de l’âme, ni un manque de volonté, ni une double personnalité (maladie très rare à laquelle on continue faussement à associer la schizophrénie).

Les différents troubles et symptômes :

  • Les troubles cognitifs
    • Troubles de l’organisation de la pensée et de l’attention
    • Problèmes de concentration
    • Troubles de la mémoire
      Ces troubles sont communs aux différentes formes de schizophrénies et rendent compte de l’incohérence des comportements et des conduites.
  • Les symptômes « négatifs »
    • L’isolement : la personne se coupe peu à peu des autres
    • La difficulté à communiquer : la personne ne trouve plus ses mots, donne des réponses évasives, cesse progressivement d’avoir des relations
    • La perte du plaisir : la personne abandonne progressivement de ses activités, elle ne voit plus personne
    • L’apathie ou perte d’énergie : la personne néglige son hygiène et son apparence personnelle, elle n’a plus d’envie, et délaisse ses centres d’intérêt, elle ne fait plus rien
    • Elle n’a souvent pas conscience de la situation
  • Les symptômes « positifs » (car productifs)
    • Perturbations des perceptions ou hallucinations.
      Les hallucinations sont le plus souvent auditives : la personne entend des voix qui lui suggèrent des actions, ou l’insultent. Elle est souvent terrorisée par ces voix.
      Les hallucinations peuvent aussi être visuelles ou tactiles
    • Délires ou erreurs de jugement logique
      Les idées délirantes sont présentes dans une grande majorité des cas : la personne imaginer qu’un passant qui la regarde est là pour l’espionner, elle croit que son téléphone est sur écoute, elle pense que la télévision lui envoie des messages, ou que les autres lisent dans ses pensées, elle peut être convaincue d’avoir des pouvoirs surnaturels.
    • Langage incohérent et incompréhensible
      La personne répète des phrases sans suite, elle peut inventer des mots.
    • Comportements inhabituels : la personne ne supporte pas la pénombre, le bruit, ou simplement la vie des autres.

Tous ces symptômes ne sont pas permanents ou présents en même temps, et pendant l’évolution de la maladie. Ils varient selon le niveau de prise de conscience par la personne de leur présence, des thérapies (et de la continuité du traitement) et enfin en fonction de la qualité de l’accompagnement familial et social qui sont proposés.
La caractéristique de ces maladies est le déni de la maladie par le patient : le patient affirme et pense profondément qu’il n’est pas malade. Il affirme souvent que son entourage est malade mais pas lui. Il ne demande rien. Ce déni rend le traitement difficile.

Des ouvrages sont recensés dans le site :

Vous pouvez aussi consulter les sites relatifs aux troubles schizophréniques certifiés par la Haute Autorité de Santé :