Sécurité intérieure et violation du secret médical en psychiatrie : notre lettre au gouvernement