Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente février 2018 : Du chemin à parcourir…

le 16 février 2018 -

Au-delà des soins que nous voulons précoces, de qualité et pertinents (ce qui suppose des critères précis) et ouverts sur le rétablissement, il est nécessaire pour les personnes vivant avec des troubles psychiques sévères et persistants d’avoir un accompagnement, des solutions adaptées, tant pour l’hébergement que pour une insertion sociale et des services à domicile.

Au-delà des soins que nous voulons précoces, de qualité et pertinents (ce qui suppose des critères précis) et ouverts sur le rétablissement, il est nécessaire pour les personnes vivant avec des troubles psychiques sévères et persistants d’avoir un accompagnement, des solutions adaptées, tant pour l’hébergement que pour une insertion sociale et des services à domicile.

Or nous constatons des carences par manque de visibilité des besoins :

Et le corollaire est le manque de réponses :

  • Il faudrait développer diverses solutions, dont l’habitat partagé qui est une réponse inclusive, tout en garantissant un accompagnement régulier (solution beaucoup moins onéreuse que les hospitalisations dites "inadéquates"), garantir pour les personnes handicapées vieillissantes ou à l’autonomie réduite des nouveaux établissements (les EHPAD ne sont pas forcément adaptés) et, pour le maintien dans un logement autonome, l’accès aux services à domicile par un financement suffisant.
  • Il y a nécessité du suivi social, comme celui des soins, dès le début de la maladie, nécessité de coordination entre divers intervenants formés, et de favoriser l’insertion grâce aux GEM GEM Groupe d’Entraide Mutuelle , par l’ouverture d’associations de loisirs (lutte contre la stigmatisation), par l’emploi, et dans ce domaine c’est le choix à la personne qui prime, travailler en milieu protégé (réellement adapté à ses capacités tant intellectuelles que physiques), en milieu ordinaire en favorisant le temps partiel lorsque c’est nécessaire (sans perte de ressources par rapport à l’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés ).

Il va nous falloir encore beaucoup d’énergie et de ressources humaines (bénévoles) pour obtenir ces réponses.