Version imprimable de cette page Version imprimable

Communiqué

Un silence inquiétant

le 2 mars 2015 -

Le 12 février dernier, des milliers de personnes se sont mobilisées dans toute la France à l’occasion d’une nuit solidaire pour exiger des pouvoirs publics une politique de solidarité qui soit enfin à la hauteur de l’intensification de la pauvreté dans notre pays. A Paris, des centaines de personnes ont prolongé la soirée et dormi dehors, par solidarité envers les 142 000 personnes sans domicilie fixe, qui chaque jour doivent affronter la violence d’une société de plus en plus inégalitaire.

Pourtant, le gouvernement n’a formulé aucune réponse à ces mobilisations citoyennes. Cela, alors même que le bilan du Plan quinquennal de lutte contre la pauvreté montre les graves faiblesses des mesures mises en place depuis deux ans dans le domaine de l’hébergement et du logement. L’engagement de mettre fin à la gestion au thermomètre de l’hébergement en favorisant l’accès direct au logement et la création d’hébergements pérennes n’a pas été tenu. Outre la situation dramatique du 115 qui ne répond qu’à une demande sur deux, ce sont des milliers de personnes sans abri qui sont menacées d’être remises à la rue sans solution, lors de la fermeture des places hivernales à partir du 31 mars.

Sur le front du logement, seulement 110 000 logements sociaux ont été financés en 2014, loin de l’objectif de 150 000 fixé par le gouvernement. D’autre part, la garantie universelle des loyers prévue dans le Plan de lutte contre la pauvreté a été réduite à la portion congrue et ne pourra pas bénéficier aux locataires hors du marché de l’emploi. Cet abandon est inacceptable, alors que de plus en plus de ménages sont pris en étau entre la hausse des coûts du logement et la précarité de leurs ressources : en 2013, plus de 120 000 décisions de justice prononçant l’expulsion pour impayé de loyer ont été délivrées, chiffre jamais atteint auparavant.

Nous, 34 associations réunies en Collectif, refusons que les droits fondamentaux, au premier rang desquels le droit au logement occupe une place déterminante, soient bafoués.

A la veille de la présentation par le premier ministre des nouvelles orientations du plan quinquennal devant le Conseil National de Lutte contre les Exclusions,
A la veille de la fin du plan d’hébergement hivernal qui ne dit plus son nom,
A la veille de la fin de la trêve des expulsions locatives,
Nous exigeons de la part du gouvernement la mise en place de dispositions ambitieuses qui permettent de mettre en œuvre trois engagements fermes et immédiats :

  • Personne ne doit être contraint de vivre à la rue,
  • Personne ne doit être remis à la rue sans solution de logement ou d’hébergement pérenne à la fin de l’hiver,
  • Personne ne doit être expulsé de son logement ou d’un terrain sans solution alternative.

Ces engagements ne seront possibles qu’à condition de développer l’offre d’hébergements pérennes et de logements à bas loyers. D’où la nécessité d’une loi de programmation ambitieuse de logements, qui prévoit la construction de logements sociaux et très sociaux, la mobilisation massive du parc privé à vocation sociale et la création d’un nombre important de pensions de famille. Ils imposent également la mobilisation prioritaire des Préfets, collectivités locales, associations et bailleurs pour mettre en place une politique de prévention des expulsions digne de ce nom et trouver en urgence des solutions aux personnes menacées par la fin du plan hivernal d’ici le 31 mars.

// Contacts presse :

Les 34 associations du Collectif

Advocacy France,
Association des Cités du Secours Catholique,
Association Nationale des Compagnons Bâtisseurs,
ATD Quart Monde,
Aurore,
Centre d’action sociale protestant (CASP),
Collectif Jeudi noir,
Collectif Les Morts de la Rue,
Comité des Sans Logis,
Croix-Rouge française,
Emmaüs France,
Emmaüs Solidarité,
Enfants de Don Quichotte,
Fédération d’aide à la santé mentale Croix-Marine,
Fédération des Associations et des Acteurs pour la Promotion et l’Insertion par le Logement (FAPIL),
Fédération de l’Entraide Protestante,
Fédération Française des Equipes Saint-Vincent,
Fédération des Pact,
Fédération nationale Habitat & Développement,
Fédération Nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion Sociale (FNARS),
Fédération Nationale des Associations Solidaires d’Action avec les Tsiganes et les Gens du voyage (FNASAT-Gens du voyage),
Fondation Abbé Pierre,
Fondation de l’Armée du Salut,
France Terre d’Asile,
Habitat et Humanisme,
Les petits frères des Pauvres,
Ligue des Droits de l’Homme,
Médecins du Monde,
Secours Catholique,
Union Nationale des Amis et des Familles de Malades Psychiques (UNAFAM),
Union professionnelle du logement accompagné (UNAFO),
Union Nationale des Comités Locaux pour le Logement Autonome des Jeunes (UNCCLAJ),
Union Nationale pour l’Habitat des Jeunes (UNHAJ),
Union Nationale Interfédérale des Œuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux (UNIOPSS)