Version imprimable de cette page Version imprimable

Revenu Universel d’activité et Allocation Adulte Handicapé : l’Unafam tire la sonnette d’alarme

le 4 juillet 2019 -

Je souhaite partager quelques nouvelles avec vous avant de faire place à l’été.

Nous venons de clôturer notre assemblée générale qui faisait suite à une journée pour les bénévoles engagés dans la responsabilité d’une délégation. Vous étiez nombreux à avoir fait le déplacement sur Paris. Je vous remercie pour la qualité de vos échanges et pour le soutien que vous avez manifesté aux salariés et aux administrateurs.

Nous avons partagé avec vous les sujets d’actualité. Certains nous amènent à tirer la sonnette d’alarme. Le revenu universel d’activité (RUA) en est un. Les concertations ont commencé. Le travail devrait se terminer fin 2019.

L’ajout des allocations logement (APL) dans ce RUA constitue une menace pour l’accès au logement des plus vulnérables. En effet le versement de l’APL directement aux personnes et non plus aux bailleurs n’incitera pas ces derniers à louer à des personnes aux profils économiques fragiles.

D’autre part, il plane aujourd’hui la possibilité d’inclure l’allocation adulte handicapé (AAH AAH Allocation Adulte Handicapés ) dans le périmètre du RUA. Or le versement du RUA induit la notion de contrepartie à travers l’exigence d’une activité et d’une incitation, voire d’une injonction à l’emploi. Or nombre de personnes vivant avec des troubles psychiques n’ont pas accès à l’emploi, leur handicap, conséquence des troubles fonctionnels leur conférant une employabilité restreinte, voire parfois nulle (moins de 20% des personnes en situation de handicap psychique ont accès à l’emploi).

Le travail proposé en Etablissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT ESAT Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ex CAT médico-social). ) est adapté en fonction du handicap de la personne. Mais les ESAT ESAT Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ex CAT médico-social). accueillant des personnes en situation de handicap psychique sont rarissimes et la reconnaissance de leurs spécificités (et donc les subventions allouées) n’est pas au rendez-vous. Si le passage vers le milieu ordinaire est à privilégier quand c’est possible, il ne doit pas être vu comme LA solution unique pour la totalité des publics, sauf à s’exposer à des échecs dont les plus fragiles seront les premières victimes. D’autre part, les emplois en milieu ordinaire restent le plus souvent précaires et le maintien dans l’emploi très difficile. Enfin, n’oublions pas que le contexte économique et environnemental n’incite pas l’employeur à ouvrir la porte de l’entreprise à une personne en situation de handicap !

L’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés est donc une ressource indispensable, essentielle, un revenu minimum d’existence qui a pour objectif de couvrir les dépenses de la vie courante pour les personnes les plus vulnérables ne pouvant avoir de revenus suffisants issus d’une activité professionnelle, du fait même de leur handicap

L’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés (AAH1 et AAH2) est un minimum social dont l’accès est conditionné à la situation de handicap, à la reconnaissance d’un taux d’incapacité permanente et à l’incapacité totale ou partielle de travailler du fait du handicap même. Ce sont les altérations de fonction substantielles et durables qui font entrer dans le champ du handicap (loi 2005), et ce quelle qu’en soit l’origine. En cela, l’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés diffère des autres minimas sociaux et répond au principe de la solidarité nationale. Elle est distincte de la PCH qui est censée couvrir tout ou partie des frais supplémentaires liés au handicap. L’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés est un levier pour l’emploi pour les personnes en situation de handicap pouvant envisager une insertion professionnelle mais une exigence de contrepartie serait en contradiction avec les fondements et la vocation de l’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés .

Nous resterons mobilisés contre le rejet des personnes les plus vulnérables à la périphérie là où elles deviendraient invisibles. Démembrer l’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés avec une potentielle intégration de l’AAH2 (50%c’est nier que nombre d’entre elles sont très éloignées de l’emploi, même lorsqu’elles ont une relative autonomie dans leur vie quotidienne. Le risque majeur serait de les exclure de fait de tous minima sociaux avec pour conséquence une dégradation de leur situation financière et sociale. Cette réforme reporterait la charge sur les familles, ce qui s’oppose à toute démarche d’autonomie de la personne.

Tout cela conduit l’Unafam à exprimer son désaccord de voir l’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés incluse dans le périmètre du RUA.

A tous je souhaite un très bel été, et du repos bien mérité.

Et n’oubliez pas de répondre à notre enquête sur les soins sans consentement en ambulatoire !