Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente septembre 2019 : Innovation en psychiatrie : Donnons envie !

le 4 octobre 2019 -

La psychiatrie est en mouvement. Au travers des appels à projets dits fonds d’innovation organisationnelle en psychiatrie, nous avons été interpellés sur des projets innovants, innovants dans l’organisation qu’ils promeuvent ou dans les prises en charge proposées. Nous avons pu constater la richesse des projets portés par des équipes investies, prêtes à mettre en place de nouveaux modèles de soins dans leur établissement, de nouveaux modèles d’aller-vers pour des populations diverses : prise en charge de personnes jeunes souffrant de troubles psychiatriques sévères et initialement non demandeuses de soins, projet de soutien aux familles, projet organisationnel pour améliorer la qualité de la réponse sanitaire dès l’appel au 15, projet pour de meilleurs soins en direction des patients sous main de justice, projet pour favoriser l’accès des patients aux soins somatiques afin de lutter contre la surmortalité des personnes vivant avec des troubles psychiques, projet de plateforme pair-aidants ressources, projet de centre support pour les structures de réhabilitation, projet d’un modèle de suivi socio-sanitaire favorisant la prise en compte de la parole des usagers et le soutien à leur pouvoir d’agir au cœur d’un centre médico-psychologique (CMP CMP Centre Médico-Psychologique.

Pour en savoir plus, cliquez sur le sigle.
) afin d’en transformer les pratiques selon le paradigme du rétablissement.

Ces projets nous font espérer. Ils s’inscrivent dans ce que porte le décret sur les projets territoriaux de santé mentale "vers une organisation du parcours de santé et de vie de qualité et sans rupture pour les personnes, (…) en vue de leur rétablissement et de leur inclusion sociale (…) dans des conditions du respect et de la promotion des droits des personnes présentant des troubles psychiques…".

Nous espérons que ces projets feront l’objet d’évaluation et qu’une fois leur pertinence démontrée, ils feront l’objet d’une implémentation sur tous les territoires.

Le changement est lent, il ne peut se faire sans un accompagnement. Mais, pour nos proches, pour nous qui les accompagnons, le temps nous presse. Ne remettons pas à demain ce qu’il est possible de faire aujourd’hui. Donnons envie aux jeunes médecins psychiatres de venir vivre et réaliser ces mutations. Ils sont notre avenir.

Dans quelques jours ce sera la journée mondiale de la santé mentale. Par notre colloque "Vers l’alliance thérapeutique usagers, familles, professionnels" nous souhaitons donner une visibilité à cette cause. C’est aussi une occasion pour nous, familles, de se former et s’informer pour contourner les obstacles rencontrés dans les parcours de combattants qui sont les nôtres. A ceux et celles dont un proche exprime une souffrance mentale nous rappelons qu’il ne faut pas rester seul.e, que les soins permettent d’entrer dans un processus de rétablissement, que l’absence de soins condamne la personne à l’extrême solitude, à l’extrême souffrance. Plus nous en parlerons, plus des personnes rétablies en parleront, plus nous sortirons de ce tunnel de stigmatisation et d’incompréhension. Ce n’est pas gagné. Mais la place réservée à la maladie mentale et à son corollaire, la santé mentale, évoluera avec le changement de regard de la société.