Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente juin 2018 : Nous sommes forts et fragiles

le 29 juin 2018 -

Un très grand merci à Béatrice Borrel, qui a mis fin à son mandat de présidente mais continuera à nous accompagner. Durant ces 3 années, elle a permis que notre association se dote de son premier projet associatif. Elle a mené un travail collaboratif avec nos partenaires, confortant la place de l’Unafam dans le paysage associatif du handicap, donnant à chaque fois une visibilité au handicap invisible qu’est le handicap psychique.

Un très grand merci à Béatrice Borrel, qui a mis fin à son mandat de présidente mais continuera à nous accompagner. Durant ces 3 années, elle a permis que notre association se dote de son premier projet associatif. Elle a mené un travail collaboratif avec nos partenaires, confortant la place de l’Unafam dans le paysage associatif du handicap, donnant à chaque fois une visibilité au handicap invisible qu’est le handicap psychique. Nous la remercions pour l’animation qu’elle a conduite auprès des équipes de professionnels du siège. Et enfin pour ses capacités de gestionnaire, ce qui permet aujourd’hui de poursuivre nos missions et de mettre en œuvre le projet associatif.

Vis-à-vis de vous tous, adhérents, qui m’avez élue administrateur, je m’engage à poursuivre le travail réalisé par ceux qui m’ont précédée. Vous m’avez confié le mandat de présidente pour conduire notre association dans le siècle qui est le sien, alors que la psychiatrie doit relever des défis dans un contexte budgétaire contraint.

Je souhaite inscrire ce mandat dans le respect des valeurs de l’Unafam, qui sont pour moi des valeurs fortes : l’écoute, l’entraide, la solidarité, le respect dans toutes ses dimensions, un engagement militant afin que les personnes vivant avec des troubles psychiques accèdent à une citoyenneté pleine et entière.

Des combats nous attendent. L’accès aux droits pour nos proches et pour les aidants qui les accompagnent, que ce soit dans le sanitaire, le social ou le médico-social, n’est pas un acquis. La stigmatisation des personnes vivant avec des troubles psychiques est lourde de conséquences en termes individuel et sociétal.

Nous avons vu ces dernières semaines au travers de la presse et des actions menées par des équipes soignantes combien la psychiatrie était en souffrance dans certains territoires avec des conditions d’accueil des personnes indignes de lieux de soins. Nous poursuivrons avec vous nos actions pour que la psychiatrie ne reste pas le parent pauvre de la médecine et que les pratiques qui ont fait leurs preuves se déploient sur tout le territoire. Nous travaillerons aussi auprès des pouvoirs publics pour que des accompagnements adaptés aux besoins des personnes soient développés afin de leur permettre de vivre avec leur maladie et leur handicap dans la cité.

Je m’engage à poursuivre notre première mission : l’aide aux aidants. Je suis ici aujourd’hui parce que il y a plus de 20 ans j’ai eu la chance d’être accueillie, écoutée, informée, aidée par des bénévoles. L’engagement de chacun, l’inventivité déployée par les bénévoles en délégation est la force de l’association. Nous ferons en sorte que notre projet associatif vienne renforcer les actions des bénévoles du terrain. Les membres du Bureau et moi-même réserverons donc du temps pour des déplacements en région.

Nous sommes forts et fragiles.

Forts parce que nous savons pourquoi nous sommes là, ce qui nous donne convictions et militantisme.

Fragiles parce que nous manquons de moyens humains pour mener à bien nos missions, asseoir nos argumentaires, porter nos plaidoyers. Le nombre de professionnels salariés en région augmente signe de reconnaissance du travail réalisé par l’Unafam, mais l’expertise locale profite encore trop peu au collectif. Il est important de construire des voies ascendantes de recueil des bonnes pratiques départementales et régionales… Quant au niveau national, c’est en permanence que nous devons prioriser nos actions et défendre nos budgets, car les ressources en professionnels comme en bénévoles ne sont pas à la hauteur des sujets à porter.

Enfin, et vous l’avez compris, c’est ensemble que nous réussirons à répondre aux enjeux identifiés dans le projet associatif.

Marie-Jeanne Richard, Présidente de l’Unafam