Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente juillet-août 2018

le 30 juillet 2018 -

L’arrivée de l’été est propice à la finalisation de dossiers. Madame la Ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn a rendu publique sa feuille de route lors de l’installation du Comité Stratégique de la Santé Mentale et de la Psychiatrie (CSSMP) du 28 juin 2018, en présence de Madame Sophie Cluzel, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées. Cette feuille de route reprend de nombreux points pour lesquels nous nous battons :

L’arrivée de l’été est propice à la finalisation de dossiers. Madame la Ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn a rendu publique sa feuille de route lors de l’installation du Comité Stratégique de la Santé Mentale et de la Psychiatrie (CSSMP) du 28 juin 2018, en présence de Madame Sophie Cluzel, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées. Cette feuille de route reprend de nombreux points pour lesquels nous nous battons :

  • Des parcours coordonnés
  • Des soins de réhabilitation psychosociale accessibles sur tout le territoire
  • Une expérimentation pour mieux organiser le repérage et la prise en charge de la souffrance psychique chez les jeunes de 11 à 21 ans
  • Des soins pour les personnes sous main de justice présentant des troubles psychiques
  • Un développement des prises en charge en ambulatoire
  • Une réduction du recours aux soins sans consentement, à l’isolement et à la contention

Nous nous félicitons de cette approche globale et insistons sur la nécessité de lier prévention et prise en charge, soins psychiatriques et soins somatiques et, pour les personnes concernées, quels que soient leur âge et leur lieu de résidence, de pouvoir accéder aux offres de soins dans des lieux déstigmatisés et dans des délais compatibles avec la prise en charge de l’intensité de leurs troubles et de leur souffrance.

Mais prodiguer des soins sans promouvoir une réelle politique d’inclusion sociale ne serait pas à la hauteur des attentes des personnes en situation de handicap psychique ni de celles de leur entourage. Si la reconnaissance du handicap psychique date de 2005, le défaut d’évaluation des troubles fonctionnels et la pénurie de dispositifs spécifiques de ce handicap entrave la coordination des parcours. Celle-ci requiert une indispensable articulation entre les secteurs sociaux, médico-sociaux et sanitaire. Les actions 34 à 37 devraient répondre à ces enjeux.

Nous sommes très sensibles à la volonté exprimée dans cette feuille de route de promouvoir la déstigmatisation des troubles psychiques. Cependant, nous attendons une cohérence des politiques. Le décret Hopsyweb et le projet d’un suivi des procédures de soins sans consentement par les préfets sont en totale contradiction avec cet objectif de déstigmatisation.

Enfin, nous regrettons que les aidants soient les grands absents de cette feuille de route. Leur information, leur formation, la promotion de l’entraide entre pair aidant familles sont essentielles pour que l’entourage puisse développer les compétences dont il a besoin pour mieux accompagner et prendre soin de sa propre santé.

Cette feuille de route est porteuse d’espoir. Les objectifs sont ambitieux. Sa réussite nécessitera des moyens et plus encore un réel pilotage de cette transformation. Nous suivrons attentivement la mise en œuvre et le déploiement de ces actions.