Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente janvier 2017 : Dans quelques jours : un plaidoyer pour un plan psychique

le 20 janvier 2017 -

Dans quelques jours : un plaidoyer pour un plan psychique

Nous avons eu des moments forts en 2016, avec les nombreux travaux et concertations dans le cadre du volet spécifique « handicap psychique ». Ceci devrait permettre des avancées significatives.

Nous regrettons que cette stratégie, prévue de 2017 à 2021, arrive bien tard dans le temps. Mais nous serons vigilants quant aux premiers engagements cette année et, bien entendu, très attentifs à leur poursuite lors des changements au niveau politique, en 2017.

Et c’est dans cette perspective que nous avons voulu préparer avec nos partenaires un plaidoyer pour un plan psychique.

Notre texte fait le constat que l’accès aux soins psychiques est trop tardif, qu’il connaît trop de ruptures et que les malades ne peuvent bénéficier partout de soins de qualité et diversifiés (innovations thérapeutiques - psychothérapies – soins de réhabilitation). L’accès aux soins somatiques est aussi très insuffisant et les addictions trop rarement traitées.

Nous relevons aussi que les besoins de nos proches ne sont pas suffisamment pris en compte : PCH – logement accompagné – formation - activités, et l’accompagnement, d’une manière globale, afin d’éviter la discontinuité des parcours.

De plus, nous connaissons une disparité territoriale d’accès aux droits sociaux.

Nous dénonçons aussi la stigmatisation et les préjugés négatifs dont souffrent les personnes malades psychiques dans la société, et les discriminations dont elles sont victimes.

Nous avons, dans ce plaidoyer, développé les axes prioritaires pour répondre à tous ces manques, insuffisances autour des besoins concomitants dans le parcours de soin, le parcours de vie, l’accès aux droits fondamentaux. En s’appuyant sur des principes d’équité, de coordination, de formation, de recherche, mais aussi de cadre légal.

Sans oublier le soutien à l’entourage, et aux associations d’usagers.

Ce plan psychique nécessite une programmation tant calendaire que financière et un pilotage avec critères d’évaluation.

Actuellement, le gouvernement, en application de la Loi de Modernisation de notre Système de Santé, travaille sur des décrets qui nous concernent directement : isolement et contention - projet territorial de santé mentale. Tous ces sujets sont abordés dans le Conseil National de Santé Mentale et le Comité de pilotage de la Psychiatrie. Nous sommes très présents dans tous ces dispositifs.

Béatrice Borrel, Présidente