Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente février 2017 : parents d’enfants et d’adolescents

le 21 février 2017 -

Parents d’enfants et d’adolescents Le Sénat, dans le cadre de ses travaux de « la mission d’information sur la psychiatrie des mineurs », a commencé à auditionner divers acteurs de la pédopsychiatrie. L’Unafam ainsi que la Fnapsy seront reçues dans quelques jours.

C’est un sujet qui paraît nouveau dans notre association. Pourtant, 70% des délégations départementales reçoivent ponctuellement de jeunes parents, notre service écoute- Famille répond à des questionnements allant de l’inquiétude par rapport à un adolescent à des demandes d’explication concernant un diagnostic. Notre service social et notre service juridique sont aussi sollicités pour des questions de scolarité interrompue, de rôle du juge pour enfants…

Questions diverses, qui montrent un besoin d’information et de soutien.

Au-delà se posent des questions sur l’organisation des soins en pédopsychiatrie, qui vont des difficultés de repérage précoce à l’absence de pédopsychiatre dans certains territoires, aux délais pour des premiers rendez-vous, et au manque d’articulation entre soins, éducation nationale, médico-social (l’objectif étant de maintenir le jeune dans l’école ou le collège de son quartier).

Pour participer aux réponses à ces diverses problématiques, le Conseil d’administration de l’Unafam a décidé d’un plan d’action sur 3 ans, pour structurer l’accueil des parents d’enfants et d’adolescents ayant des troubles psychologiques et psychiques.

Dès cette année, nous souhaitons mettre en place, progressivement, des permanences spécifiques juridique, sociale, mais aussi sur les questions de scolarité qui sont au cœur des préoccupations des parents, et celle d’un pédopsychiatre.

Ceci est donc un nouvel engagement de l’Unafam, le soutien à la parentalité, dans la poursuite de ce qui fait le cœur de notre action, le soutien aux familles. À nous de convaincre des financeurs publics et privés que la prévention est un bon investissement.

Béatrice Borrel
Présidente de l’Unafam