Version imprimable de cette page Version imprimable

Lettre de la Présidente Octobre 2016 : La reconnaissance du handicap psychique est-elle encore d’actualité ?

le 14 octobre 2016 -

La reconnaissance du handicap psychique est-elle encore d’actualité ?

Un document de la Drees portant sur « l’offre d’accueil des personnes handicapées dans les établissements et services médico-sociaux entre 2010 et 2014 » nous a extrêmement choqué.
En effet, ce service qui dépend de l’État, fait un amalgame en présentant dans une même classification la déficience intellectuelle et le handicap psychique, alors que par ailleurs sont bien différenciées les déficiences motrices, sensorielles, celles de personnes cérébro-lésées, autistes…

Ainsi, il est indiqué que 70% des places des établissements et services sont agréés pour accompagner les personnes présentant une déficience intellectuelle ou psychique.

Or nous savons, que les problématiques, spécificités ne sont pas les mêmes pour les personnes déficientes intellectuelles que pour celles vivant avec des troubles psychiques sévères. Et que leur accueil et leur accompagnement doivent en tenir compte. Nous voulons des services et établissements adaptés au handicap psychique.

Nous savons aussi, à l’Unafam que nos proches ne bénéficient pas de ces structures et services dont ils ont besoin. Combien de places en Mas MAS Maison d’Accueil Spécialisée. ou Fam FAM Foyer d’Accueil Médicalisé.  ? Combien de places en Maison Relais ou Familles Gouvernantes, Combien de places en foyer de vie ? Combien de prestations d’aide à domicile ? Combien de SAVS SAVS Service d’Accompagnement à la Vie Sociale , SAMSAH SAMSAH Service d’Accompagnement MédicoSocial pour Adultes Handicapés pour accompagner, en particulier, ceux qui ont un logement individuel ? Combien de places en ESAT ESAT Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ex CAT médico-social).  ? Et combien de familles ont leur proche malade chez elles ?

Cette présentation tendrait à démontrer que très largement pour le handicap psychique, il n’ y a pas de déficit de réponses. C’est bien le manque de perspectives, de réponses qui nous amène à travailler sur des préconisations dans le cas de mixité de publics dans des structures et services.

Alors, c’est pour quand un véritable Plan Psychique !!!

PDF - 281.3 ko
PDF