Version imprimable de cette page Version imprimable

Ce que veut l’Unafam... pour les malades

Nous voulons améliorer l’environnement des malades psychiques, et leur donner les moyens de trouver une place dans la communauté humaine.

Améliorer l’environnement des malades psychiques, c’est faire en sorte que ces derniers puissent être pris en charge par d’autres, professionnels de santé, travailleurs sociaux du point de vue médical mais aussi de celui de la vie quotidienne et que la société dans son ensemble donne à ces personnes les moyens de trouver une place dans la communauté humaine.

1 - L’accès et la continuité des soins médicaux spécialisés

Les troubles psychiques sont persistants et peuvent parfois durer toute la vie du malade. Assurer la continuité des soins à proximité du lieu de vie est essentiel.

2 - La garantie de ressources minima

Lorsqu’elle ne peut travailler, la personne en souffrance psychique doit pouvoir avoir des ressources régulières et suffisantes.

  • Les personnes qui n’ont pas voulu ou pu faire reconnaître leur situation de handicap sont dans la situation de droit commun et peuvent percevoir le Revenu de Solidarité Active (RSA).
  • l’Allocation Adulte Handicapé (AAH AAH Allocation Adulte Handicapés ) est la source de revenus pour les personnes reconnues handicapées
  • Les personnes qui exercent une activité professionnelle au moment de l’arrivée des troubles peuvent, sous certaines conditions, percevoir une pension d’invalidité,

3 - Un logement adapté ou un hébergement

Avoir un logement adapté est une condition nécessaire pour que la personne accède à l’autonomie. Il existe diverses options de logements selon le niveau d’autonomie de chacun (logement sans prestation, maisons relais, résidences d’accueil, hébergements en institution médico-sociale…).

4 - Un accompagnement pour favoriser l’intégration sociale

Les personnes en situation de handicap psychique ont besoin d’être accompagnées. L’accompagnement d’une personne handicapée psychique peut concerner soit la vie quotidienne ou soit la vie sociale ou les deux à la fois.

5 - Une protection juridique personnalisée et adaptée

Dans certains cas, dans l’intérêt des malades, il est indispensable de mettre en œuvre une protection juridique : sauvegarde de justice, curatelle simple ou renforcée, tutelle). Ces protections visent à conseiller, contrôler ou protéger la personne pour tout ou partie des actes de la gestion de son patrimoine ou éventuellement de ses revenus et de la vie civile.

6 - Un travail ou des activités qui donnent un sens à la vie

Pendant les périodes où la santé psychique ne permet pas de travailler, des activités de loisirs, culturelles ou sportives, peuvent faciliter le rétablissement de relations sociales.

Plus tard certains pourront intégrer des établissements adaptés, ou bénéficier de formations qui leur permettent de préparer une insertion vers le milieu ordinaire de travail.