Délégation 66 - Pyrénées-Orientales

Version imprimable de cette page Version imprimable

article paru dans l’indépendant

Colloque « Santé mentale et travail »

A l’initiative de la délégation départementale de l’Union des familles et amis de malades psychiques (UNAFAM), et dans le cadre de la Semaine d’information sur la santé mentale, un colloque rassemblant une centaine de personnes s’est tenu le mardi 14 mars dans les locaux de la MDPH MDPH Maison Départementale des Personnes Handicapées.

Pour en savoir plus, cliquez sur le sigle.
, au Conseil départemental, à Perpignan.

Après le mot de bienvenu et une brève présentation des missions de l’UNAFAM au niveau national et des activités de la délégation départementale (permanence téléphonique, accueil des familles, groupe d’entraide, groupe de paroles, organisation d’ateliers Prospect, participation à diverses instances départementales, représentation dans les commissions d’usagers – CDU CDU Commission Des Usagers.

Remplace les CRUQ ou CRUQPC
- dans les différentes structures de soins…), Annie Guerrier, nouvelle déléguée départementale remplaçant Monique Orlandi, a présenté le programme de la soirée ainsi que les différents intervenants. Le docteur Viviane Renoir, médecin-chef du service de réhabilitation du Centre hospitalier spécialisé (CHS) de Thuir, est intervenue autour du concept de « réhabilitation psychosociale » comme processus qui facilite le retour d’un individu à un niveau optimal de fonctionnement autonome dans la communauté. Elle a ensuite développé la présentation du projet en cours au CHS de Thuir de « parcours de soins en réhabilitation psycho-sociale » mettant l’accent sur l’intégrité et les forces de l’individu plutôt que sur sa maladie et proposant une approche globale incluant la réadaptation au travail, le logement, les loisirs sociaux, l’éducation et l’adaptation personnelle. Marie-Christine Kaie, directrice de Cohérence-Réseau, structure spécialisée en santé mentale pour l’insertion sociale et professionnelle de la personne, dans une approche globale et collective du « rétablissement » de la personne, a ensuite développé le thème du « travail comme facteur de détérioration ou de rétablissement de la santé mentale ? », avant de donner la parole à 2 personnes malades (accompagnées chacune de leur tutrice) réinsérées professionnellement à la suite de leur parcours avec Cohérence-Réseau et qui étaient volontaires pour faire part de leur émouvant témoignage. Puis l’accent a été mis sur la « réadaptation professionnelle » par Régis Pages, directeur du Centre de réadaptation professionnelle (CRP) du Parc à Osséja, démontrant par la présentation des formations variées et de tous niveaux proposées dans son centre, y compris dans des secteurs inhabituels comme l’informatique, que ce genre de structure constitue « un véritable sas pour les usagers de la santé mentale », dans une démarche quasi individualisée (et pouvant aller dans d’autres CRP de leur fédération nationale jusqu’à des diplômes officiels d’ingénieur). Le groupe du Parc gérant d’autres structures en Cerdagne, la parole a ensuite été donné à Christophe Pratviel, directeur-adjoint de l’ESAT ESAT Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ex CAT médico-social). (ex-CAT) d’Enveitg qui a présenté « l’ESAT ESAT Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ex CAT médico-social). comme une solution alternative à l’intégration professionnelle des personnes en situation de handicap psychique » sur la base des activités présentes dans son établissement allant de l’épicerie, la boucherie-charcuterie-traiteur, la boulangerie - toutes totalement insérées dans la vie du village et maintenant de fait ces commerces de proximité - à la blanchisserie. Ces quatre interventions ont bien démontré que l’intégration par le travail joue un rôle essentiel dans le processus de rétablissement et de stabilisation, mais que le maintien dans l’emploi reste difficile s’ il n’est pas accompagné et nécessite donc l’implication de tous les acteurs. Un échange avec l’auditoire a suivi : il montrait une réelle satisfaction concernant les interventions et en particulier celle de la présidente du Groupement d’entraide mutuelle, le Maison bleue à Perpignan, à propos des différentes expériences présentées par les intervenants. Les débats informels se sont poursuivis autour d’un buffet convivial.