Délégation délégation départementale de la Lozère

Version imprimable de cette page Version imprimable

Urgences

Vous êtes en situation de crise. Il faut intervenir d’urgence. Voici nos conseils.

Service téléphonique UNAFAM

Ecoute Famille au 01 42 63 03 03

Du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h une équipe de psychologues accueille, écoute, informe et oriente toute personne qui souhaite parler de la maladie d’un ami ou d’un membre de sa famille.
« Ecoute-famille » est un lieu d’écoute neutre où la personne peut garder l’anonymat si elle le désire.

Les psychologues, particulièrement formés à l’écoute téléphonique, sont là pour aider à :

  • Dénouer des situations conflictuelles avec des proches, à se diriger vers les structures médicales ou médico-sociales appropriées ;
  • Orienter vers le réseau associatif Unafam de proximité.

Conseils juridiques

SI VOUS AVEZ, OU SI VOS PROCHES ONT UN PROBLEME AVEC LA POLICE :

Par l’intermédiaire du service écoute-famille (01 42 63 03 03) nous pouvons vous mettre en relation avec un avocat spécialisé qui vous conseillera gratuitement.

DISPARITION D’UN PROCHE

En cas de disparition d’un proche malade :

Il existe deux procédures de recherche :

  1. Recherche dans l’intérêt des familles – déclaration en sous-préfecture – simple procédure administrative ;
  2. Disparition jugée inquiétante : déclaration à la police ou à la gendarmerie :
    Précisez leurs coordonnées
    et demander à rencontrer le correspondant « aide aux victimes » de l’office central chargé des disparitions inquiétantes du Ministère de l’Intérieur. Déclaration à faire en application de l’article 66 de la loi n°2002-1138 du 09/09/2002 qui modifie l’article 26 de la loi 95-73 du 21/01/1995.
    En cas de désaccord sur le caractère inquiétant de la disparition, insister, en application de la loi, pour que la demande soit « soumise sans délai à fin de décision au procureur de la République. »

Cette procédure initie une recherche policière (art 74-1 du code de procédure pénale) ce qui n’est pas le cas de la procédure 1.

Conseil : justifier au mieux le caractère inquiétant de la disparition (mineur, majeur protégé, certificats médicaux…)

La loi énumère plusieurs critères qui peuvent conduire à qualifier une disparition d’inquiétante, ce qui entraine des recherches plus efficaces.
En vertu de l’article 26 de la loi n° 95-73 du 21 janvier 1995 sur la sécurité, est toujours inquiétante la disparition d’un majeur protégé, c’est-à-dire d’un majeur placé sous sauvegarde de justice, sous curatelle ou sous tutelle (même si le majeur est parti volontairement).
En dehors de cette hypothèse, les services de police et de gendarmerie peuvent estimer que la disparition d’un majeur « présente un caractère inquiétant ou suspect, eu égard aux circonstances, à son âge ou à son état de santé ».Exemples : si le majeur disparu est atteint de troubles psychiques ou d’une maladie grave nécessitant un traitement médical, s’il a des tendances suicidaires ; disparition subite, inexpliquée, inhabituelle…

SITUATION DE CRISE

En fonction des secteurs fournir les coordonnéeds des services correspondants.

SUICIDE ECOUTE : 01 45 39 40 00

SAMU : 15

POMPIERS : 18

POLICE : 17

ADDICTIONS

INFOS SERVICE (drogue, alcool, Tabac) 0 800 231 313

ADDICTIONS (Drogues, Alcool, etc.) : Coordonnées du pôle addictologie le plus proche

Autres centres de soins

ASSOCIATIONS D’AIDE AUX VICTIMES

Association régionale d’aide aux victimes

Coordonnées de l’association d’aide aux victimes de votre département

Aide aux Parents d’Enfants Victimes

3, rue Edouard Branly
92130 Issy-les-Moulineaux
Tel/Fax : 01-46-48-35-94
E-mail : apev@club-internet.fr