Délégation 72 - Sarthe

Version imprimable de cette page Version imprimable

L’Actualité

Les réunions mensuelles sont le 1er mercredi de chaque mois à 17h 30, au 41 place des Sablons (place du marché) dans les locaux POINT INFO FAMILLE de l’UDAF UDAF Union Départementale des Associations Familiales.

Cliquez pour en savoir plus.
. Ce sera l’occasion de l’Assemblée Générale.

Si problème pour entrer après 17h30, une sonnette est sur le montant gauche de la porte ou appeler le 06 71 05 41 72 (portable UNAFAM et renouveler l’appel si besoin)

*

Réforme des Minimas Sociaux

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a réuni une commission temporaire qui doit rédiger un rapport sur la possibilité d’une réforme des 10 minima sociaux et de la création d’un revenu minimum social garanti.

Cela fait suite notamment aux préconisations du récent rapport Sirugue "repenser les minima sociaux : vers une couverture socle commune"

Le 15 décembre 2016, l’UNAFAM, l’UNAPEI et l’APF ont été auditionnées : Roseline Touroude a représenté l’UNAFAM, et à la suite de cette audition, une vidéo a été tournée au cours de laquelle elle a répondu à 3 questions, en compagnie de Véronique Bustreel, conseillère nationale de l’APF.

http://www.lecese.fr/content/questions-mmes-bustreel-apf-et-touroude-unafam-revenu-minimum

Il est à noter que les positions des 3 associations se rejoignent sur tous ces points :

- les enjeux du handicap aujourd’hui sont la mise en oeuvre effective de l’accès aux droits inscrits dans la loi de 2005 et dans la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées (CIDPH) que la France a ratifiée en 2010. Le constat est que nous sommes loin du compte aujourd’hui, qu’il y a de grandes disparités territoriales et que beaucoup reste à faire.

- En ce qui concerne l’AAH AAH Allocation Adulte Handicapés , nous demandons à ce que cette allocation sorte du champ des minima sociaux pour devenir un vrai revenu d’existence pérenne pour les personnes en situation de handicap.

- Plus particulièrement pour le handicap psychique nous demandons une juste évaluation des situations de handicap psychique, une prise en compte de ce handicap dans les textes règlementaires d’éligibilité, des attributions d’AAH1 (avec un taux d’incapacité de 80%) sur de longues périodes pour éviter les ruptures.